Aller au menu Aller au contenu
Grenoble INP
  • MOOC Smart Grids : pour comprendre les enjeux des futurs réseaux électriques
  • Le MOOC "Des rivières et des hommes" session 3 s'est terminé le 24 novembre 2016 avec succès
  • Grenoble INP lauréat du prix PEPS "Passion Enseignement et Pédagogie dans le Supérieur"
Publié le 4 février 2010
A+Augmenter la taille du texteA-Réduire la taille du texteImprimer le documentTélécharger au format PDFEnvoyer cette page par mail Partagez cet article Facebook Twitter Linked In Google+ Viadeo
25 mars 2010

Conférence de Marc Romainville « les Universités doivent-elles s'emparer des compétences »

- Visionner la vidéo de la conférence : rtsp ://videos.msh-alpes.fr/ensupcompetence/romainville.rm (nécessite Real Player ou équivalent)

- Télécharger le diaporama de la conférence : au format PDF...

- Télécharger l'affiche de la conférence : au format PDF...


Description
 :
L'enseignement universitaire est, depuis peu, touché par la logique des compétences, de la définition des finalités des programmes (autour de référentiels de compétences) à l'évaluation des acquis. La présentation de cette nouvelle logique d'enseignement sera articulée autour de quatre questions :

- 1. Quelles sont les sources de ce qui apparaît désormais comme une « irrésistible ascension » des compétences dans l'enseignement universitaire ? Quels sont, en particulier, les motifs qui ont incité les responsables des expériences innovantes en la matière à se « convertir » aux compétences ?

- 2. Quels sont, par ailleurs, les avantages d'une telle approche ? En quoi cette logique des compétences constitue-t-elle une chance pour l'enseignement universitaire ? Que peut-on en attendre comme retombées positives en termes de pratique d'enseignement notamment ? De quels points de vue constitue-t-elle des opportunités à ne pas rater ?

- 3. Quels sont aussi ses dérives possibles et ses dangers ? Comme toute nouvelle approche pédagogique, la logique des compétences comporte un certain nombre de limites et de risques potentiels, qu'il est impératif d'identifier afin d'en atténuer la portée. Génère-t-elle aussi des effets pervers, non désirables ? Qu'en est-il en particulier de la délicate question de l'évaluation des compétences ?

- 4. Enfin, et sur la base des trois points précédents, dans quelles perspectives conviendrait-il de mettre en œuvre cette logique des compétences au sein des universités ?

Cette conférence est co-organisée par le SUP de l'UJF et par le Centre Associé Céreq-Lepii (UMR CNRS 5252).

Marc ROMAINVILLE est Professeur à l'Université de Namur (Belgique) et directeur du Département Education & Technologie.  Il a publié notamment :
  • La pratique enseignante en mutation à l'université, Nicole REGE COLET, Marc ROMAINVILLE, 2006, ed. De Boeck, Bruxelles.
  • L'évaluation des acquis des étudiants dans l'enseignement universitaire, Marc ROMAINVILLE, 2002, ed. Haut conseil de l'évaluation de l'école, Paris.
  • Enseigner à l'université, un métier qui s'apprend ?, Jean DONNAY, Marc ROMAINVILLE, 1996, ed. De Boeck, Bruxelles.

Et plus particulièrement sur les "compétences" :

  • Et si on arrêtait de tirer sur les compétences ?, Marc ROMAINVILLE, inDIRECT, volume 10, pp. 31-44 (2008) =>lien PDF
  • La « joyeuse entrée » des compétences dans l'enseignement supérieur, Marc ROMAINVILLE, La revue de l'inspection générale, volume 4, pp. 48-54 (2007) =>lien PDF
  • Les implications didactiques de l'approche par compétences, Marc ROMAINVILLE, Enjeux, volume 51, pp. 199-223 (2001).

A+Augmenter la taille du texteA-Réduire la taille du texteImprimer le documentTélécharger au format PDFEnvoyer cette page par mail Partagez cet article Facebook Twitter Linked In Google+ Viadeo

Rédigé par Franck Meunier

mise à jour le 5 mars 2012

Communauté Université Grenoble Alpes
×
Afin d'améliorer la qualité de ce site et le service rendu à l'utilisateur, nous utilisons des cookies de mesure d’audience. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies à cette fin. Pour en savoir plus